AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Requiem Messahia [Fiche validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Requiem Messahia

avatar



♦ Identité Du Personnage ♦
♦ Détail Descriptif ♦ :
♦ RelationShips ♦ :

MessageSujet: Requiem Messahia [Fiche validée]   Mer 24 Fév - 22:14


Requiem Messahia


Identité
    Nom : Messahia
    Prénom : Requiem
    Âge : 24 ans
    Taille : 1m90
    Origine : Franco - Américain
    Emploi : Consultant en droit commercial et traducteur trilingue pour un éditeur de manga
    Votre Appartement : [ ] Studio [ ] Appartement (seul) [x] Colocation

    Préférences : La musique et les fleurs sont les grandes passions de Requiem. Concernant la musique, celui - ci n'a pas de réelle préférence. Il écoute de tout tant qu'une certaine émotion s'en dégage. Ainsi, il n'est pas étonnant de le voir assister à des concerts, opéras et autres manifestations musicales. Son amour des fleurs est né de son séjour au Japon. Depuis, il s'est mis à y apprendre le langage et lui arrive d'en offrir aux gens qu'il connaît, en essayant toujours d'harmoniser la symbolique avec le caractère de la personne recevant son cadeau.

    Désintérêts : La solitude est sa plus grande ennemie ! L'on peut même dire que c'est sa plus grande peur. Cette crainte est une des séquelles de sa rupture avec Vincent, sa grande passion.
    Son angoisse se manifeste particulièrement la nuit, au moment de dormir. De ce fait, Requiem a pour mauvaise habitude de chercher quelqu'un qui partagera sa couche d'un soir (ou plus.) A part ça, il déteste la laideur et ne supporte pas les lâches et les grandes gueules.


Description physiqueUne silhouette longiligne et élancée, une démarche assurée et une gestuelle gracieuse, Requiem est un jeune homme qui ne passe pas inaperçu même s'il le souhaitait. Son visage d'ange qui contraste avec sa longue chevelure ondulée de couleur rouge sang, effleurant avec grâce sa peau laiteuse, marque souvent les esprits. Ce que l'on retient généralement de lui, en sus d'un "69" tatoué sur la joue gauche, est son regard expressif qui donne parfois cette sensation de se retrouver en face d'un chat. Cette impression est renforcée par ses grands yeux verts à l'éclat d'or, le tout agrémenté d'une bouche gourmande et sensuelle. Sur le plan vestimentaire, simplicité et élégance sont les critères de Requiem. Il adopte un style qui se rapproche du gothisme, ne portant que du blanc et du noir, couleurs qui correspondent à la vision qu'il a sur sa vie actuellement.

Description psychologiqueLa première chose qui frappe lorsqu'on fait sa connaissance, est l'opposition entre son attitude et son caractère.
Si Requiem apparait comme une personne froide et hautaine, il n'en est rien. Très souvent, il brise de lui-même la glace, d'un sourire charmant, accueillant chaleureusement toute personne l'abordant. Mais pour celui qui apprendra à le connaitre, il découvrira qu'il est tout sauf simple à cerner. Depuis son plus jeune âge, Requiem se comporte sur le plan social comme un caméléon. C'est à dire, qu'il adapte sa personnalité en fonction de son interlocuteur. C'est le pôle hivernale comme il pourrait le qualifier. Le pôle dit infernale, incarne quand à lui son instabilité. Requiem est un paradoxe pour lui même et il lui arrive de souffrir de cette contradiction et de ses hésitations. Le feu ou la glace, le blanc ou le noir, voilà son enfer ! Si l'on devait relever ses principales facettes, cela donnerait une personne passionnée, capricieuse, sensible (voir fragile), amical, ayant pour manie d'établir le portrait psychologique de son entourage. Requiem est également quelqu'un d'ambitieux et diplomate. La méticulosité qu'il applique à ses activités contraste fortement avec le bordélisme qui règne dans son appartement.

HistoireNom : Miller
Prénom : Luche
Emploi : Profiler
Statut : Décédé à 23 ans

Un enfant comme les autres... ou presque

Né d'une mère réunionnaise et d'un père américain, Luche venait de naitre lorsque ses parents divorcèrent. En effet, sa mère désapprouvait le changement de carrière de son mari, décidé de laisser son poste de procureur afin de se lancer dans la politique. C'est ainsi que le bambin se retrouva à vivre avec sa mère sur son île natale.

Fils unique dans une famille mono-parentale, Luche ne manquait de rien et ne semblait pas être affecté par l'absence de son père. Ainsi, il n'est pas étonnant de voir en lui un enfant précoce mais aussi très indépendant, capricieux, bagarreur et surtout dominateur.
Enfant surdoué, Luche avait pour principales occupations les études, les sports de combats (capoeira, escrime, jeet kune do) et la musique (à 6 ans il maitrisait déjà le violon, le piano, la guitare et la flûte traversière.)

Une destinée tracée...

Grand passionné des affaires judiciaires et criminels, Luche décide à l'âge de 7 ans de devenir profiler et contactera pour la première fois son père pour l'aider dans la réalisation de son rêve. A 12 ans, il déménage pour Paris pour y faire sa seconde puis s'intallera l'année suivante à New York, chez son père, poursuivre son cursus scolaire. Là bas, Luche connaîtra une scolarité difficile à ses débuts mais renouera rapidement avec le succès, une fois ses repères retrouvés.

Tout comme son enfance, l'adolescence de Luche se passa tranquillement. Celui - ci étant entièrement consacré à ses études de psychologie, de droit et de criminologie. Les seules fois où il daignait quitter ses livres généralement, c'était pour se rendre au club de jeet kune do et au stand de tir. L'amour et le sexe, Luche ne s'y intéressait pas du tout alors quant à savoir sa préférence sexuelle, il n'en avait aucune idée. Quand on lui posait la question, il finissait par répondre "42". [réf. de geek ; c'est la réponse à toutes les questions selon le guide du routard inter-galactique]

Une brillante carrière s'annonce...

A 19 ans, Luche décrocha ses diplômes universitaires et entama de suite sa formation de profiler. Il se fit rapidement remarqué par ses supérieurs, d'une part pour son intellect et son esprit d'analyse très développé pour son jeune âge. D'autre part, pour sa méthodologie, basé exclusivement sur l'instinct.

Grâce à ses compétences, à 20 ans, Luche a sa première affaire et est envoyé à Montréal pour tenter de pénétrer l'esprit aiguisé d'un tueur en série. Après de longues et méticuleuses observations et un nombre de 6 victimes connus, il finit par émettre la théorie que ce tueur caméléon est un voleur de vie, usurpant l'identité et la vie de ces victimes.

Toi et Moi

Depuis le jour où il rapporta cette théorie, la vision qu'avait Luche sur l'affaire changea pour devenir plus subjective.

Était - ce parce que lui même était un "caméléon", capable d'être tout le monde et personne à la fois mais qu'à la différence de son opposant, il n'avait pas franchi la ligne du passage à l'acte? Peut être... Quelque chose se réveilla en lui, c'était une certitude.

Pour la première fois de sa vie, il s'intéressait à quelqu'un. Plus l'enquête avançait, plus l'étau se resserrait aussi bien sur le criminel que sur la police. La 9e victime fut le tournant décisif de l'enquête, par la présence d'un témoin oculaire.

Avec l'apparition de ce témoin providentiel, Luche savait qu'il se rapprochait de lui, ce qui ne faisait qu'accroitre son excitation et le "lien" qui s'établissait entre lui et son contraire. Il était plus motivé que jamais à vouloir mettre un terme à ces meurtres.

Prélude à la chute...

Vincent Law, un peintre sans histoire, se retrouva malgré lui placé sous protection judiciaire. S'il paraissait timide et désorienté en public, celui - ci se montrait entreprenant et borné en présence du profiler. De son coté, troublé mais curieux de la nature de ces changements, Luche causa sa première erreur : il ne repoussa pas totalement les avances du peintre.

Au cours de l'enquête, la proximité entre les deux hommes s'intensifia au point qu'ils finirent par devenir amants. Luche voulut se mettre aussitôt à l'écart de l'affaire, son rôle étant de toute façon terminé maintenant que la police avait tous les éléments nécessaire pour appréhender le meurtrier.

Mais le destin en décida autrement...

Le soir d'une exposition, Vincent fut pris en otage par le serial killer. S'en suivit alors une course poursuite qui se termina plutôt bien, ce qui était assez rare...

Un tueur décédé, un témoin blessé mais vivant, l'affaire du voleur de vie était sur le point d'être clôturée.

De retour à New York, Luche s'installa avec Vincent, tous deux prêt à écrire une nouvelle page de leur vie.

La 10e victime

Si tout se déroulait bien au début, Luche ressentait un malaise au fur et à mesure de la cohabitation. Etait - ce à cause de sa dépendance naissante pour son amant ? Etait - ce la frustration de la mort de son rival ? Etait - ce parce que les 2 hommes de sa vie étaient reliés à la même histoire, au même endroit, au même moment? Lui qui ne s'était jamais intéresser à personne, il avait été réactif à 2 individus, simultanément...Toutes ces questions le hantaient, son intuition l'étouffait.

Puis vint la confirmation...
" C'est toi n'est - ce pas ? "
"Oui. "
"Et maintenant ? "
"Cela dépend de toi. "

... et ses répercussions.

La deuxième erreur de Luche fut de l'avoir laissé partir cette nuit - là.

Peu de temps après, Luche démissionna sous le poids de la culpabilité et s'exila au Japon, à Osaka. Là bas, il essaya de reprendre tout à zéro mais sans succès. La raison était simple : Vincent.

Comprenant qu'il n'y avait plus rien à faire, Luche attendit patiemment qu'il réapparaisse dans sa vie, endossant ainsi le rôle du 10e.

Nature humaine, Passion malsaine

Deux ans s'écoulèrent depuis l'affaire du voleur de vie. Deux années intenses où la passion et le sexe étaient les guides de sa vie.
Agé de 23 ans, Luche ne travaillait pas et laissait son amant s'occupait de tout (ce qui n'était pas pour lui déplaire), préférant généralement rester enfermer chez Vincent ou "la cage" comme il l'aimait définir.

A l'instar des inséparables, l'un ne pouvait se passait de l'autre. Le lien qui les unissait était si fort que même quelques secondes de séparation pouvaient se transformer en véritable torture physique et psychologique.

Ils mourraient à petit feu et ils le savaient.

La fin de Luche

La routine se transforma en cauchemar libérateur le jour où Vincent frôla la mort et a du être hospitalisé d'urgence, suite à un carambolage. Paradoxalement, cet accident fut comme un déclic pour Luche : c'était maintenant ou jamais.

Après s'être assuré auprès des médecins que son amant était hors de danger, Luche se réfugia à l'ambassade américaine pour contacter son mentor, afin de lui demander de l'aide.
Grâce à ses diverses enquêtes non officielles sur le sol japonais, concernant différents trafics d'armes et d'être humains, la localisation de quelques criminels recherchés dont il avait fait connaissance par l'intermédiaire de Vincent. En plus du soutien de son ex - patron et de son père, Luche finit par intégrer le programme des protections des témoins.

Un long processus s'enclencha alors : sa disparition. Sa peur d'être retrouvé par son amant était si forte que Luche poussa même le vice d'organiser sa propre mort et d'avoir recours à la chirurgie esthétique.

La naissance de Requiem


Au bout de plusieurs semaines d'opérations et de suivi psychologique, Requiem vit le jour à l'aube de ses 24 ans. Nouveau nom, nouveau corps, nouvelle vie ; le nouveau - né s'expatria en France pour son nouveau départ.

Localisé à Bordeaux, Requiem subsista à l'aide de petits boulots pour commencer puis s'installa à Montpellier en tant que secrétaire juridique. Il quitta son poste au bout d'un mois.
De serveur à commercial, d'interprète à professeur, voulu ou non, Requiem était incapable de garder un boulot au - delà de deux semaines, voir un mois. Il était comme blasé, s'ennuyant rapidement dans ses activités. En plus de cette instabilité professionnelle, il développait en parallèle une vie nocturne très active, limite débauchée.

C'est dans cette période que Requiem se tatoua un "69" sur la joue, en souvenir de lui puis se teignit les cheveux avec la couleur de la passion et du péché, comme s'il cherchait à exorciser ses démons. Néanmoins, il était incapable de faire son deuil, le pourrait - il vraiment ? Requiem se le demandait souvent. C'est pourquoi il décida d'appeler son père même s'il ne le devait pas.

Il en avait besoin, il voulait savoir...

Un nouveau départ

Vivant et porté disparu, voilà ce qu'il apprit sur Vincent. Appréhension et incertitudes narguaient le malheureux car il se savait en sursis.

Requiem fit ses bagages une nouvelles fois, laissant son instinct guider ses pas.

De passage à Paris, il découvrit accidentellement la rue du Gaie et fut séduit par l'ambiance chaleureuse qui s'y dégageait. Lors de sa ballade, il y vit le n° 69 et ses appartements, arrachant un sourire au promeneur.

Coïncidence ou non, Requiem venait de trouver exactement ce qu'il lui fallait...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Requiem Messahia [Fiche validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
69 rue du gaie :: AUTOUR DU RPG :: VOS PERSONNAGES :: Vos Descriptions :: Les Fiches Validées-
Sauter vers: