AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jillyan Veyles [Fiche validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Jillyan Veyles [Fiche validée]   Ven 2 Sep - 19:21


Jillyan Veyles


Identité
    Nom : Veyles
    Prénom : Jillyan
    Âge : 27 ans
    Taille : 1m69
    Origine : Anglaise
    Emploi : Ecrivain
    Votre Appartement : [x] Studio [ ] Appartement (seul) [ ] Colocation

    Préférences : Vu son métier, le jeune écrivain s’intéresse un peu à tout et à n'importe quoi, il a beaucoup étudié dans les livres et souhaiterait découvrir chaque parcelle du monde. Il aime aussi découvrir de nouvelles personnes avec des personnalités diverses qui l'inspire énormément pour ses romans.

    Désintérêts : L'écrivain ne supporte pas les personnes sans fond et ne préfère par les côtoyer. Pour le reste il ne sait pas vraiment ce qui le désintéresse, ne se posant jamais cette question.


Description physiqueJillyan ne sort pas de l'ordinaire, on peut même carrément dire qu'il est banal. Il n'est pas très grand et mesure exactement un mètre soixante neuf. La démarche droite, le dos bien redressé sans exagération, le corps tenu. Il n'est pas non plus très imposant de manière globale: ses muscles sont peu développés mais tout de même existants, il ne prend pas vraiment soins de son corps et saute souvent des repas, il est donc plutôt fin, voir maigre, il ne pratique aucun sport et n'a donc pas de grande aptitude physique, hormis une bonne endurance. Sa peau est plutôt claire, pâle aussi sensuelle que celle d'une toute jeune femme de plus elle ne présente aucune imperfection sur la totalité de son corps. Ses cheveux noirs encadrent un visage aux traits tout aussi délicats, ses yeux sont d'un bleu/gris clair et limpide, il porte d'ailleurs des lunettes à faible correction pour rectifier un léger problème de vue qu'il a depuis l'enfance, son regard est toujours passif et paraît aussi lointain. Quant à ses lèvres, elles sont fines et perlés d'un rose très pâle, souvent serré l'une contre l'autre, où très légèrement entre ouverte. Il n'est donc pas franchement imposant et ne cherche aucunement à l'être, il s'habille de manière assez simple, affectionnant les jeans et les couleurs dans des teintes neutres claires ou foncées.

Description psychologiqueDe nature, le jeune homme est plutôt discret et calme mais aussi impliqué dans ce qu'il fait, travailleur, appliqué et sérieux, il est près à fournir énormément d'efforts pour parvenir à son but final. Il est ouvert aux autres, pourtant il n'est pas non plus du genre à aller vers les autres, il attend plutôt qu'on vienne à lui sauf en cas de force majeur où il prends en charge les devants. Il n'est pas franchement bavard et plus à l'aise à l'écrit qu'à l'oral. Il n'en reste pas moins sympathique et facile à approche, même s'il prône la tranquillité et la solitude pour rester au calme et écrire en silence. Il se met très rarement en colère sauf si on le pousse vraiment à bout. Malgré tout, c'est un grand nerveux qui comble son stresse et son anxiété par la consommation abusive de tabac (malboro ou black devil), il est devenu véritablement accro à la nicotine, cependant, il ne boit pas étant donné qu'il ne tient absolument pas l'alcool. Jilyian n'a pas peur de grand chose hormis de l'orage, sans doute sa seule phobie qui est pourtant très marquée. A part cela, il apprécie les choses simples de la vie de tous les jours, il affectionne particulièrement les pâtisseries et les aliments sucrés, puisqu'il est végétarien, il tente de combler les manques comme il peut (un bon prétexte). Jillyan est donc un homme assez simple qui cherche nullement les ennuis et qui aspire à un quotidien banal cependant, son côté fouineur et naïf l’entrainent parfois dans des situations bien plus délicates…

Histoire02h36 du matin.

Depuis combien de temps était il resté assis là devant son pc à attendre ? Bien trop longtemps à son goût. Jillyan passa sa main dans ses cheveux et soupira, son coude vint se plaquer contre son bureau dans un bruit sourd. Sa grande peur surgissait, l’horreur qui touche tous les écrivains un jour où l’autre… Le syndrome de la page blanche. Il semblait qu’il n’allait pas faire exception à la règle, malheureusement. Il enleva doucement ses lunettes pour ensuite les déposer doucement sur le bureau, il se leva de son siège et se dirigea vers la baie vitrée, l’ouvrant d’une main avant de se hisser à l’extérieur sur le balcon. La vue y était magnifique et surplombait toute la ville. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas pris la peine d’admirer le paysage, bien trop occupé à travailler sur son nouveau roman. Finalement son manque d’inspiration pouvait avoir quelques bénéfices… D’un geste, il sortit un paquet de cigarette d’une des poches de son jean et porta l’une d’entre elle à ses lèvres, il l’alluma ensuite avec son briquet, tira une longue latte avant de souffler un épais nuage de fumer.

Tandis qu’il regardait les lumières de la ville qui illuminaient les rues presque désertes à cette heure, il se disait que lui aussi avait commencé tout en bas, dans l’une de ses ruelles sombres de Paris. Il n’était pourtant pas né ici mais à Londres, il avait grandi dans une famille riche, toujours adulée et réclamé aux soirées mondaines. Mais Jillyan n’aspirait nullement à cette vie, il aimait la tranquillité, le calme et l’écriture. Il passait le plus claire de son temps dans la grande bibliothèque de la demeure familiale, bercé entre dragons et merveilles déjà dès son plus jeune âge. Lui aussi espérait qu’un jour il inventerait de telles histoires.

Malheureusement, plus il grandissait, plus son rêve s’éloignait de lui, à l’école comme au sein de sa famille chacun pensait que l’écriture ne pouvait engendrer un métier stable. De plus le père du jeune homme estimait qu’il devait reprendre la tête de son entreprise familiale et que son devoir était de faire perpétuer le nom des Veyles encore pour de nombreuses années, bien évidemment, toute la famille était attachée à la gloire qu’il avait amassé et personne ne prit la défense du jeune homme. Il renonça donc à ce rêve mais ne l’oubliant jamais pour autant.

De nombreuses années passèrent, Jillyan s’était principalement concentré sur ses études qu’il réussies avec brio, faisait la fierté de la famille et s’imposant avec respect auprès de ses deux frères aînés. Mais lui rêvait toujours d’écrire, au grand désarroi de son père qui attendait de lui bien autre chose, dans le but de pouvoir vivre son rêve, le jeune diplômé décida de quitter la maison familiale pour trouver la paix ailleurs et ainsi pouvoir s’adonner totalement à sa passion, même si ses proches essayèrent de l'en dissuader, ce dernier n’hésita pas une seconde et s’installa dans la capitale française bien connue pour son passé littéraire, ses philosophes et ses écrivains. Il commença plutôt bas dans l’échelle sociale, n’étant reconnu par aucun, il du faire énormément d’efforts et fournir beaucoup de travail pour arriver au sommet, néanmoins, maintenant qu’il était à son zénith, l’inspiration l’abandonnait, son succès c’était pourtant répandu dans le monde entier, il avait enchainé les tours du monde pour des promotions de ses livres, la radio et la télévision et toutes les autres formes de média parlait de son succès phénoménal. A présent, il regrettait presque ses choix et son succès, finalement, il revenait au point de départ. Il avait sans doute besoin de prendre du recul, de s’évader un peu pour se changer les idées. Des vacances s’imposaient donc… Mais où ? S’il devait quitter le cercle médiatique pour un moment il fallait qu’il se rende le plus loin possible, là où il serrait tranquille et là où aucun journaliste n’irait fouiner.

Dans un soupire de nostalgie et d’amertume, il écrasa la cigarette à peine entamée dans le cendrier prévu à cet effet, puis il entra de nouveau dans l’appartement, se frictionnant ses épaules, endolories par le froid de la nuit. Le temps était encore frais pour un moins de Mai cependant les beaux jours commençaient à se manifester doucement. Il revint à son bureau, s’y asseyant, il reprit ses lunettes et les enfila, regardant la pile de courrier qui s’était amoncelé, il avait totalement négligé ses lettres, n’ayant pas vraiment le temps pour ca. Il prit le paquet et jeta la plupart d’entre elle, des maisons d’édition, des fans trépignant d’impatience pour la parution prochaine de son nouveau roman, des factures… Il s’attarda sur les annonces et constata que des appartements étaient encore disponible dans la rue du gaie, sans hésiter, il décida de s’y aventurer, peut être y trouverait-il de l’inspiration entouré de tous ces beaux hommes qui y vivaient !

Revenir en haut Aller en bas
 

Jillyan Veyles [Fiche validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
69 rue du gaie :: AUTOUR DU RPG :: VOS PERSONNAGES :: Vos Descriptions :: Les Fiches Validées-
Sauter vers: